la défense
19 05 65 03 39 16 07 48 20 22 25 31 32 34 21 37 04 57 00 08 12 44 38 46 43 49 06 09 41 33 47 28 56 59 55 54 53 50 52 27 02 17 13 01 14 24 64 26 18 67 68 61 62 60 63 58 66 45 11 29 30 23 10 42 36 40 51 35 15
4

L’oiseau mécanique

Philolaos

  • Philolaos Tloupas, dit Philolaos (1923-2010), Oiseau mécanique, acier inoxydable En 1960, Philolaos découvre l’acier inoxydable. Le sculpteur d’origine grecque tire parti de la souplesse et de l’éclat de ce métal pour créer un monde vivant. Sculptures figuratives aux formes simplifiées, l’Oiseau mécanique et les Nymphéas voisines sont dès le départ pensées comme complémentaires : animale et végétale, verticale et horizontale, aérienne et terrestre.  L’Oiseau mécanique résulte de la préoccupation précoce de l’EPAD (Établissement Public d’Aménagement de La Défense) d’animer le nouveau quartier en y installant des œuvres d’art. En quelques années, une vingtaine d’œuvres sont acquises ou créées pour la Défense. Cette politique évoluera à partir du milieu des années 70, quand la collaboration avec le Centre National d’Art Contemporain amènera à des choix plus ambitieux. L’Oiseau mécanique fait partie d’une même série de commandes pour le quartier qui allait devenir des Corolles, embryon de La Défense, alors que Leygue est déjà en train d’y édifier sa fontaine. Il avait été décidé d’y faire intervenir un sculpteur, un peintre et un céramiste et deux projets y verront le jour la même année : l’Oiseau mécanique de Philolaos et le Sculpteur de nuages d’Atila, fresque en émaux sur lave habillant un triste mur de béton. L’œuvre de Philolaos, juchée sur un socle en béton, devait servir de signal pour marquer l’entrée du nouveau quartier, sur une circulation transversale à l’axe majeur. Comme d’autres œuvres d’art à La Défense, elle a été conçue en fonction d’un emplacement précis et mise en place avant que les immeubles qui l’entourent aujourd’hui ne soient construits, précédant la constitution de l’espace public dont elle est le point d’orgue. Quelques années plus tard, sur proposition de l’artiste, l’œuvre a été complétée par les Nymphéas, sculptures-fontaines installées dans des bassins en contrebas de l’Oiseau mécanique. On doit aussi à Philolaos, à La Défense, dans le quartier Boieldieu, les Cheminées, sculptures miroitantes habillant deux conduits de ventilation. Habitué aux réalisations monumentales, Philolaos, celui qui se disait « oiseau migrateur », aimait travailler avec des architectes, convaincu que chaque contrainte est stimulante pour la création artistique. Ces trois interventions à La Défense témoignent de son habileté à insuffler de l’étrangeté dans l’espace public urbain.